La cration cinma d'Alain Bergala

Recueil de textes écrits sur une période couvrant plus de 25 ans, La création cinéma d'Alain Begarla se propose d'envisager le film comme geste de création, selon un paradigme qui en plusieurs endroits tend à identifier le cinéaste à une sorte de démiurge, ce qui est au premier abord assez déroutant. S'il est tout à fait louable et généreux d'envisager le cinéma comme un art comparable à la peinture, et donc le cinéaste comme un artiste de plein droit, la comparaison devient problématique quand les acteurs et interprètes sont eux-mêmes pensés comme ses modèles et créatures, ce dernier terme sonnant ici avec beaucoup d'étrangeté. 


Lire la suite
Cinma / Parole #27. Pierre Weiss

"Or, entre croire ou s'imaginer il y a cette différence : que quelque fois celui qui croit, sent qu'il ne comprend pas ce qu'il croit, bien qu'il n'ait aucun doute sur la chose qu'il sait qu'il ne comprend pas, si toutefois il la croit avec une pleine conviction ; tandis que celui qui s'imagine, pense savoir ce qu'il ignore complètement" (Saint-Augustin, Sur le mensonge).


Lire la suite
Raoul Ruiz, le magicien de Guy Scarpetta et Benot Peeters

Raoul Ruiz, le magicien est le dernier ouvrage paru à ce jour sur le cinéaste chilien décédé il y a quelques années déjà, dont l'œuvre reste encore comme un continent largement inexploré, à demi fantomatique. Il se compose de trois parties : la première est un entretien entre Ruiz et son ami et collaborateur occasionnel Benoît Peeters (il fut co-scénariste du film La chouette aveugle et collabora aussi à la bande dessinée Le transpatagonien), qui s'entretient également avec le veuve du cinéaste, Valeria Sarmiento; la seconde rassemble des critiques écrites par Guy Scarpetta sur certains des jalons de la vaste filmographie ruizienne, et la dernière recueille des propos de comédiens.


Lire la suite
Lifeguard de Benot Lachambre

Une intensité paisible monte dans le studio de l’Atelier de Paris, investit les corps, fait vibrer l’espace. Rien ne la laissait présager, alors que les spectateurs quittaient leurs chaussures de ville et s’aventuraient sur le tapis de danse. D’entrée de jeu, Benoît Lachambre met en partage les questions qui le travaillent : l’adresse, le mouvement empathique, l’affect, le lien, ce qui chorégraphie. La forme interpersonnelle, diffuse, du syntagme opère déjà un déplacement, alerte les sens, engage vers d’autres manières d’envisager les forces en présence.


Lire la suite
Le sens

Jérôme Alexandre, avec qui nous organisons le séminaire Cinéma / Parole au Collège des Bernardins, nous adresse ce texte, un court manifeste sur le supposé sens de l'œuvre d'art. Là contre, l'auteur affirme que l'œuvre se reconnaît à ce qu'elle ne se donne jamais à comprendre, mais simplement, entre beauté et séduction, à rencontrer.


Lire la suite
Marcher Camper Flotter / Think Think Think

Imaginer trois journées de réflexion et de partage des pratiques qui se soustraient à l’impératif spectaculaire, infiltrent le tissu urbain, organisent des circulations, activent l’imaginaire sensoriel et architectural, recomposent des écosystèmes ouverts, nourris par des gestes spéculatifs – Marcher Camper Flotter resitue les enjeux de la performance dans des dynamiques de décentrement salutaires.

 

Lire la suite
Une potique du rel : Tentative d'puisement

Le cinéma documentaire est un espace privilégié pour interroger les frontières narratives, le lien du récit à la vie ou au réel. C'est ce que l'on trouve aussi dans les livres de Georges Perec, qui introduit l'infra-ordinaire dans le champ de l'écriture, et notamment dans Tentative d'épuisement d'un lieu parisien (1974), qui a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Jean-Christophe Riff.


Lire la suite
Caroline Culand-Cassel, Loredana Rancatore : Fois deux

Entre l'oeuvre de Loredana Rancatore et celle de Caroline Cassel, c'est comme si la sculpture et la peinture en se rencontrant échangeaient leurs propriétés.


Lire la suite
Cinma / Parole #26. Jean-Marc Fabre

Sauve-toi de Jean-Marc Fabre a été réalisé il y a 25 ans. Il a connu une sortie en salle, malgré sa durée relativement brève. Jean-Marc Fabre a signé le scénario seul, à l'exception du monologue qui ouvre le film, à l'écriture duquel le comédien Emmanuel Salinger a participé. Le film reste aujourd'hui très énigmatique. Il s'y passe beaucoup de choses, et en même temps, rien n'arrive vraiment. Tout est comme en suspens, à l'état de possible, comme si un chaînon se dérobait entre un geste et la pensée qui l'a suscité. 


Lire la suite
Entretien avec Oriol Canals propos de Sombras

Sélectionné dans la programmation ACID (l’association pour le cinéma indépendant et sa diffusion) à Cannes, Sombras (2009) est le premier film d’Oriol Canals, un réalisateur d’origine catalane qui habite à Paris actuellement et qui a longtemps partagé sa vie entre l’Espagne et la France. Sombras nous montre la situation de précarité dans laquelle vivent les clandestins d’origine africaine en utilisant le motif de la lettre filmée.


Lire la suite