Do Disturb 2017

Le souffle, la respiration, la voix, les chuchotements, les harmonies, les borborygmes, les nappes d’énergie qui s’accumulent, résonnent dans les architectures brutes du Palais de Tokyo, circulent et montent en tourbillons, les polyphonies et les interférences plus ou moins anticipées donnent la note si particulière, diffuse, s’imprégnant par capillarité, irrésistible, sensuelle et terriblement politique, enchantée, insidieuse et vitale de cette nouvelle édition DO DISTURB, dont Vittoria Matarrese assure le commissariat général.


Lire la suite
Antonija Livingstone & Nadia Lauro : Etudes hrtiques

Bleu. Bleu à la fois intense, léger et lumineux. Bleu qui dissout les frontières entre le plateau et les gradins, bleu qui invite à le gouter, une fois ôtées les chaussures, à travers ses appuis, comme une sensation physique irriguant le corps jusqu’au lâcher prise. Bleu où plonger et se fondre pour mieux accueillir les propositions subtiles d’Antonija Livingstone et Nadia Lauro.


Lire la suite
Yar Barelli: Sur linterprtation titre de linstant

« Une personne sure d’elle, un volcan, une vague, l’amour, la joie, un charme irrésistible,  quelqu’un qui a payé sa place »  … l’entrée de chaque spectateur est accueillie par un présage, un constat, une supputation, placée sous le signe d’une « formule magique ». 


Lire la suite
La Ribot : Another Distingue

Etres insaisissables enveloppés par l'obscurité, grands fauves aux désirs inassouvis qui rodent au plus près des spectateurs dans la nuit du plateau, La Ribot et ses deux compagnons, Juan Loriente et Thami Manekehla, mènent une puissante virée sombre. Another Distinguée charrie quelque chose d’épais, de tranchant, de volontairement insoluble.


Lire la suite
Malika Djardi : Horion

La langue claque dans la bouche, les cuisses claquent contre la dalle de béton brut, les baguettes claquent sur les membranes de caisse claire. Mené avec espièglerie, frénétiquement, Horion multiplie les coups. Empruntant à tour de rôles aux codes des films de genre, à l’exotisme et à la déconstruction, différents imaginaires se heurtent allégrement dans la création de Malika Djardi.


Lire la suite
Paula Pi : Ecce (H)omo

Le travail sur les archives semble un passage obligé pour plusieurs jeunes chorégraphes de la scène actuelle. Paula Pi s’acquitte avec bonheur de toutes les complexités de l’exercice et signe une création magistralement incarnée, qui laisse frémir toutes les potentialités d’une rencontre sans cesse recommencée. Ecce (H)omo se situe à l’endroit de l’écart et de la métamorphose.


Lire la suite
Dana Michel : Mercurial George

Ses pièces agissent comme de véritables déflagrations, bousculent les codes du regard, interrogent le statut quo et les stéréotypes, vont chercher du côté des points aveugles de la représentation, ramènent sur le devant de la scène un propos éminemment politique, complexe, foncièrement incarné. Yellow Towel marquait son irruption dans le paysage de la danse contemporaine européenne saluée par un prix spécial lors de l’édition 2014 du festival ImPulsTanz. Dana Michel signe avec son dernier opus, Mercurial George (2016), une création trouble, âpre, profondément bouleversante.


Lire la suite
Olivia Csiky-Trnka : Paupire train fantme, interview

Alors que sa plus récente création, Protocole V.A.L.E.N.T.I.N.A., a suscité l'enthousiasme du public et des programmateurs, dans le cadre du festival Sidération, à l'Observatoire de l'espace, et pour aller plus loin dans l'univers de cette jeune metteur en scène et chorégraphe, nous revenons avec Olivia Csiky Trnka sur un travail au long cours, autour des rêves lucides, de la transe et des protocoles hypnotiques, Paupière train fantôme.

 


Lire la suite
Marco Berrettini : iFeel4

Les ingrédients sont très forts. Chacun risquerait d’induire une orientation univoque, pourtant Marco Berrettini réussit à merveille sa mixture. La nouvelle création, dernier opus de la série iFeel procède d'une ambiguïté troublante, subversive, accueille les contradictions patentes, multiplie les niveaux de réception et les strates d’affects.


Lire la suite
Galle Bourges : Lascaux

Remontant à rebrousse poil l’histoire de l’art et des représentations, toujours prête à démasquer les discours dominants qui persistent et finissent par s’imposer au sens commun, attentive au frémissement silencieux, mutin, de la présence des femmes dans cet univers encore largement soumis à la pulsion scopique masculine, Gaëlle Bourges bâtit une œuvre salutaire dans le paysage chorégraphique hexagonal. Minority Studies, développements récents des théories du genre, références savantes à des peintures qui continuent de peupler l’imaginaire contemporain trouvent sur le plateau des formes toujours justes, empreintes d’humour, terriblement incarnées, subversives.


Lire la suite