Cinéma / Parole #32. Ian Menoyot

Les films proposés pour cette séance sont, pour l'essentiel, pensés et conçus pour une diffusion Internet. Particulièrement courts, ils engagent une narration simple et autonome, qui permet de les recevoir pleinement, sans références à l'ensemble dans lequel ils s'insèrent possiblement. Le fait de voir ces films assemblés et projetés dans un certain ordre sur un écran change le rapport qu'ils instaurent habituellement. Leur plasticité devient peut-être plus évidente, et de nombreux liens semblent les unir secrètement. 


Lire la suite
Amas de Myriam Gourfink

Myriam Gourfink fait l'événement en ouverture du festival Faits d'hiver avec sa nouvelle création, Amas, qui circonscrit pour la danse "un espace qui ne se vide jamais". Le plateau du T2G retrouve une configuration orchestrale, habitée, avant même l'entrée des interprètes, d'un peuple d'enceintes, autant de musiciens invisibles, amplifiant dans un léger grondement, les signaux électroniques de Kasper T. Toeplitz. La lenteur, toujours de mise dans les pièces de Myriam Gourfink, rend sensible la respiration secrète de la forme, ses tensions basses, nourries en flux continu.


Lire la suite
Le Récital des postures de Yasmine Hugonnet

La dramaturgie d'ensemble est finement amenée, implacable, subreptice progression de l'informe pluricellulaire à la Pythie impassible dont la voix s'articule dans les cavités intérieures, filtre dans les muscles et sourd à travers les pores, à même la peau nue, alors que le visage et les lèvres restent souverainement immobiles. 


Lire la suite
Mark Lewis: Im/possible Films de François Bovier et Hamid Taieb

Ce livre publié en anglais rassemble trois articles et un entretien consacrés au cinéaste canadien Mark Lewis. Il donne en outre accès, à travers un code vimeo, à 16 films de l'artiste réalisés entre 1995 et 2012. Le titre de l'ouvrage est un clin d'oeil à l'une des premières œuvres de Mark Lewis, Two Impossible Films (1995). François Bovier et Hamid Taiev développent cette division conceptuelle entre deux étapes de son travail dans l'entretien qu'ils mènent avec Lewis.


Lire la suite
Chantal Akerman / Maniac Shadows

La voix rauque au timbre si caractéristique de Chantal Akerman résonne dans les espaces du Centre d'art contemporain La Ferme du Buisson. Julie Pellegrin a souhaité axer cette exposition monographique autour de la présence de la cinéaste disparue récemment et brutalement. Le projet était en discussion depuis un petit moment déjà.


Lire la suite
Artavazd Pelechian de Claire Deniel et Marguerite Vappereau

Les éditions Yellow nous invitent à une plongée intégrale dans l'œuvre brève, mais dense, d'Artavazd Péléchian. Judicieusement sous titré "Une symphonie du monde", l'ouvrage, coordonné par Claire Déniel et Marguerite Vappereau, s'efforce de proposer une vision exhaustive du cinéaste arménien, et de mettre en évidence la spécificité de sa démarche, où l'archive tient une place importante, et qui aboutira au principe du montage à distance.


Lire la suite
Cinéma / Parole #31. Frédéric Danos

Le film est né d'une situation singulière. Le réalisateur, Frédéric Danos, avait des questions très personnelles à poser à son oncle Philippe concernant sa famille. Ce contexte signalait un film possible qui en même temps semblait irréalisable. A la même époque, le réalisateur découvre Numéro zéro, un film important dans lequel Jean Eustache cherche à se débarrasser de tous les artifices cinématographiques pour faire un portrait en plans séquences de sa grand mère selon un dispositif à deux caméras, permettant de filmer pendant deux heures sans interruption, afin de créer les conditions, cinématographiquement rares, d'un accueil de la parole.


Lire la suite
Rencontre avec Marina Déak

Après avoir réalisé plusieurs courts métrages ainsi qu'un premier long métrage de fiction remarqué en 2011, Poursuite, Marina Déak a livré avec Si on te donne un château, tu le prends ? un long-métrage documentaire profondément singulier, où la question de la liberté et de la fabrication d'un regard se pose à tous les niveaux du film, jusqu'à en devenir le centre. La réalisatrice revient sur le processus de fabrication du film et sur le trajet qu'elle a effectué pour aboutir à cette écriture singulière.

 

Lire la suite
Modernité cinémato-graphique aux temps du jazz (une économie générale)

Jazz et cinéma ont incarné de concert la nouvelle culture du XXe siècle : ils sont en cela historiquement modernes. Manifestations de la culture de masses, l'on a pu les considérer comme de simples rouages de l'industrie culturelle. Mais nous verrons que la modernité du jazz et du cinéma ne saurait se limiter à un état de fait, à une immanence liée à leur situation historique : la modernité intrinsèque à ces deux formes d'expression s'est doublée d'une recherche esthétique moderniste allant de pair avec celles qui se sont jouées simultanément dans les domaines culturels plus anciens.


Lire la suite
Dioramas de Laurent Montaron

L'exposition Dioramas de Laurent Montaron présentée jusqu'au 7 janvier à la Fondation Ricard se scinde en deux parties, auxquelles l'on accède par deux bâtiments différents. Cette dispersion spatiale se double d'une distance établie entre les deux espaces présentés et le spectateur. Dans les deux cas, une vitre et un cadre nous tiennent à distance, comme dans les dioramas qui donnent leur nom à l'exposition. L'espace qui ne peut plus être parcouru mais seulement vu devient image : devenir image à l'époque de la reproduction technique, ce n'est pas seulement briser l'unité de l'espace, mais rentrer dans un temps suspendu, susceptible d'être répété à l'infini.


Lire la suite