L'insistance des luttes de Dork Zabunyan

L'ouvrage de Dork Zabunyan, qui rassemble plusieurs articles et entretiens qu'il a pu proposer pour les Cahiers du cinéma ou Trafic, interroge la place et le mode opératoire de ces images amateurs réalisées dans le contexte de conflits sociaux, souvent afin d'infléchir leur déroulement et de le transformer en s'inscrivant dans un mouvement réticulaire qui les dépasse et les porte bien au-delà du lieu où elles se trouvent. 


Lire la suite
Le cinéaste au travail : Autoportraits de Muriel Tinel-Temple

Cet ouvrage interroge la spécificité filmique de l'autoportrait, en abordant notamment des films de cinéastes renommés, mais aussi des œuvres moins illustres appartenant au champ du cinéma expérimental :  « contrairement à l'autobiographe ou au diariste, l'autoportraitiste ne met pas (seulement) en avant son identité sociale et l'histoire de sa vie passée ou présente, mais plutôt sa position de cinéaste. Il tente en effet de se représenter à un instant donné de son travail quand se pose la question : qu'en est-il de moi maintenant dans le cinéma ?  ». 


Lire la suite
Mark Lewis: Im/possible Films de François Bovier et Hamid Taieb

Ce livre publié en anglais rassemble trois articles et un entretien consacrés au cinéaste canadien Mark Lewis. Il donne en outre accès, à travers un code vimeo, à 16 films de l'artiste réalisés entre 1995 et 2012. Le titre de l'ouvrage est un clin d'oeil à l'une des premières œuvres de Mark Lewis, Two Impossible Films (1995). François Bovier et Hamid Taiev développent cette division conceptuelle entre deux étapes de son travail dans l'entretien qu'ils mènent avec Lewis.


Lire la suite
Artavazd Pelechian de Claire Deniel et Marguerite Vappereau

Les éditions Yellow nous invitent à une plongée intégrale dans l'œuvre brève, mais dense, d'Artavazd Péléchian. Judicieusement sous titré "Une symphonie du monde", l'ouvrage, coordonné par Claire Déniel et Marguerite Vappereau, s'efforce de proposer une vision exhaustive du cinéaste arménien, et de mettre en évidence la spécificité de sa démarche, où l'archive tient une place importante, et qui aboutira au principe du montage à distance.


Lire la suite
Jean-Louis Comolli : Daech, le cinéma et la mort

Paru il y a maintenant quelques mois, le livre de Jean-Louis Comolli, Daech, le cinéma et la mort, nous semble important à bien des égards. D'abord parce que son auteur prend sur lui de porter un regard sur des images qui veulent précisément, par un effet de sidération poussé à l'extrême, annuler toute vision possible. Ensuite, parce qu'il propose une analyse à bien des égards convaincante et stimulante, des effets de ces images sur la machine cinématographique elle-même. 


Lire la suite
Stephen Dwoskin : La grande mannequin cherche et trouve sa peau de Rochelle Fack

Le livre, qui parcourt de façon fort complète la filmographie de Dwoskin, s'articule autour de différents motifs et portes d'entrée. Il mobilise tant l'analyse formelle (l'esthétique de Dwoskin reposerait sur la « coupe qui relie » ) que thématique : notamment la relation dialectique de l'amour et de la fiction (Rochelle Fack, inspirée par Bataille, parle de la « concurrence entre fiction et angoisse que l'être aimé inspire ») présentée dans le cycle de long métrages que le cinéaste réalisa avec ses différentes compagnes entre 1969 et 1976, où l'esthétique de ses premiers films qui sont des portraits dépourvus de tout contenu narratif hors de la présence du modèle et de son interaction avec la caméra, est mise en tension avec une certaine dramaturgie.


Lire la suite
Typographie et cinéma de Lionel Orient Dutrieux

L'écrit est une composante capitale de l'image cinématographique, et du cinéma dans son ensemble comme phénomène social et communicationnel. Le livre de Dutrieux a le mérite de se focaliser sur un aspect de l'écrit bien spécifique, la typographie, qu'il expose dans son histoire et dont il situe bien les différents enjeux tant esthétiques que médiatiques et économiques.


Lire la suite
Michaux et le cinéma de Anne-Elisabeth Halpern

Cet ouvrage fait partie d'une collection consacrée aux rapports entretenus entre les écrivains, notamment poètes, et le cinéma (« Le cinéma des poètes ») : outre Michaux, il existe à ce jour des volumes consacrés à Breton, Benjamin Fondane ou Queneau, mais aussi à Duras, Epstein ou Jacques Brunius. Ce parti pris éditorial permet non seulement d'explorer le territoire fécond des échanges entre littérature et cinéma (car les écrivains n'ont pas seulement parlé de films : le cinéma a marqué en retour leur écriture), mais aussi d'en appeler à un cinéma de poésie, et à saisir par ailleurs la part constitutive du spectateur dans l'expérience poétique du film. 


Lire la suite
La création cinéma d'Alain Bergala

Recueil de textes écrits sur une période couvrant plus de 25 ans, La création cinéma d'Alain Begarla se propose d'envisager le film comme geste de création, selon un paradigme qui en plusieurs endroits tend à identifier le cinéaste à une sorte de démiurge, ce qui est au premier abord assez déroutant. S'il est tout à fait louable et généreux d'envisager le cinéma comme un art comparable à la peinture, et donc le cinéaste comme un artiste de plein droit, la comparaison devient problématique quand les acteurs et interprètes sont eux-mêmes pensés comme ses modèles et créatures, ce dernier terme sonnant ici avec beaucoup d'étrangeté. 


Lire la suite
Raoul Ruiz, le magicien de Guy Scarpetta et Benoît Peeters

Raoul Ruiz, le magicien est le dernier ouvrage paru à ce jour sur le cinéaste chilien décédé il y a quelques années déjà, dont l'œuvre reste encore comme un continent largement inexploré, à demi fantomatique. Il se compose de trois parties : la première est un entretien entre Ruiz et son ami et collaborateur occasionnel Benoît Peeters (il fut co-scénariste du film La chouette aveugle et collabora aussi à la bande dessinée Le transpatagonien), qui s'entretient également avec le veuve du cinéaste, Valeria Sarmiento; la seconde rassemble des critiques écrites par Guy Scarpetta sur certains des jalons de la vaste filmographie ruizienne, et la dernière recueille des propos de comédiens.


Lire la suite