Communs chants (d’amour)

L’essai proposé par la cinéaste Aude Fourel, depuis l’annonce des premières stations de son trajet, est sans arrêt, tout en rencontres, en sillons, dans l’aspérité des images, des amorces de la pellicule super 8 ou du crépitement de vinyles. Le film partage des témoignages, des langues parlées. Il redessine surtout une carte, en partant de l’Italie pour la Tunisie et l’Algérie, tout en mobilisant les souvenirs des militants, à Saint-Etienne, de La Révolution algérienne. Un voyage qui permet de faire écouter les mots et les chants du peuple algérien en guerre.


Lire la suite
La voix brisée de Jean-Louis Chrétien

Ce 28 juin 2019, la philosophie a vu s’éteindre sa voix la plus singulière et la plus généreuse. Sa voix la plus ample aussi.


Lire la suite
Inauguration MO.CO. / L'Hôtel des collections / Distance intime

Des politiques qui s'engagent pour l'art et la création. Une équipe curatoriale qui allie  exigence des propositions et conscience de sa mission citoyenne, à l'aune d'une « nouvelle écologie de l'art qui est en train de se mettre en place »*. Un tissu universitaire d'une grande effervescence et en forte demande de stimulation artistique et intellectuelle, dépassant largement le noyau tout naturellement concerné des étudiants de l'école des Beaux-Arts, du Master Exerce au sein d'ICI - CCN ou encore de l'École d'architecture. Le public montpelliérain au sens large, sa curiosité et son appétence à s'ouvrir de nouveaux horizons. Tous ces éléments sont autant ingrédients du MO.CO, un projet d'envergure dont Montpellier n'a pas à rougir devant les autres grandes métropoles européennes.


Lire la suite
Eloge de l'accident. Les images projetées de Carole Nosella

Artiste plasticienne, Carole Nosella travaille principalement le medium vidéo. Elle réalise depuis une dizaine d’années des films qui peuvent être projetés ou diffusés en installation. L’écran est au cœur de la pratique et des recherches théoriques de Carole Nosella.


Lire la suite
L'art tout contre la machine #13. Frank Smith

La mer allée avec le soleil. Vers un nouveau cinéma de poésie

« (…) le mot trouver ne signifie d’abord nullement trouver, au sens du résultat pratique ou scientifique. Trouver, c’est tourner, faire le tour, aller autour. Trouver un chant, c’est tourner le mouvement mélodique, le faire tourner. Ici nulle idée de but, encore moins d’arrêt. Trouver est presque exactement le même mot que chercher, lequel dit : ‘‘faire le tour de’’. » (Maurice Blanchot, L’Entretien infini).


Lire la suite
Aina Alegre / La nuit, nos autres

L'exercice est ardu et pourtant la magie opère. J'ai la chance d'assister à un moment rare et précieux où des êtres pleinement conscients de leur maitrise de l'art du mouvement et de leur puissance fictionnelle, porteurs et portés par une pensée chorégraphique qui reconfigure à chaque instant les qualités sensibles du temps et de l'espace, font advenir des mondes, chargent le plateau de visions.


Lire la suite
Aube immédiate, vents tièdes / Victorine Grataloup et Diane Turquety curatrices

Dans une démarche intimement inspirée du post-exotisme, Victorine Grataloup et Diane Turquety exaltent la force des histoires, multiplient les pistes, veillent à maintenir l'espace de la fiction résolument ouvert. Outre sa valeur littéraire per se, l'intitulé de l'exposition acquiert une valeur programmatique qu'assument les deux curatrices : le territoire d'où nous parlons est inconnu, absolument inconnu. Nulle abscisse, nulle ordonnée ne peut lui être attribuée. Il est une zone d'imagination géopolitique radicale où le rêve, l'insurrection, le chamanisme et l'inconscient collectif se rencontrent.


Lire la suite
Christian Rizzo / une maison

Une écriture finement ciselée, à la puissance impérieuse du théorème, qui néanmoins respire, laisse suinter la vie, le désir, la fragilité aussi, rend pleine l'absence, aménage des entrelacs et approche la manière que seule la vie a de reconfigurer sans cesse les choses. Des interprètes époustouflants. une maison pour accueillir, sous les constellations montantes, précipités dans l'instant de la danse, passé et avenir.


Lire la suite
L'art tout contre la machine #12. Jonas Mekas et la Bolex

« Il m’a fallu pratiquement quinze ans pour maîtriser ma Bolex et lui faire faire ce que je voulais vraiment, automatiquement, spontanément. Je compare cela à un saxophoniste, un musicien de jazz qui doit répéter pendant de longues années jusqu’à obtenir de l’instrument qu’il suive les mouvements les plus subtils de ses doigts. Ce serait auto-destructeur, voire stupide, de changer d’un seul coup d’instrument juste parce que quelqu’un vient d’en inventer un nouveau. Je suis quelqu’un de très occupé. Je n’ai ni le temps, ni la nécessité ni l’envie de changer d’instrument, ma Bolex. D’autant que ma Bolex est une caméra très précise qui correspond tout à fait à ma façon de filmer » (Jonas Mekas)


Lire la suite
L'art tout contre la machine #11. Quatre films du Grec

Structurée autour de quatre films produits par le Grec, structure de production associative fondée par Jean Rouch qui fête cette année ses 50 ans et dont la mission est d’accompagner des réalisateurs en devenir dans la production de leur premier film, cette rencontre a été l’occasion de mesurer à nouveau la plasticité des gestes liés à l’archive et au remploi d’images, dont la présence dans le cinéma contemporain est particulièrement significative. Ce que montrent ces pratiques, c’est qu’une image de cinéma, quels que soient les techniques ou les modes narratifs utilisés, se fabrique toujours à partir d’autres images, qui lui préexistent et lui permettent d'arriver.


Lire la suite