Inauguration MO.CO. / L'Hôtel des collections / Distance intime

Des politiques qui s'engagent pour l'art et la création. Une équipe curatoriale qui allie  exigence des propositions et conscience de sa mission citoyenne, à l'aune d'une « nouvelle écologie de l'art qui est en train de se mettre en place »*. Un tissu universitaire d'une grande effervescence et en forte demande de stimulation artistique et intellectuelle, dépassant largement le noyau tout naturellement concerné des étudiants de l'école des Beaux-Arts, du Master Exerce au sein d'ICI - CCN ou encore de l'École d'architecture. Le public montpelliérain au sens large, sa curiosité et son appétence à s'ouvrir de nouveaux horizons. Tous ces éléments sont autant ingrédients du MO.CO, un projet d'envergure dont Montpellier n'a pas à rougir devant les autres grandes métropoles européennes.


Lire la suite
Aube immédiate, vents tièdes / Victorine Grataloup et Diane Turquety curatrices

Dans une démarche intimement inspirée du post-exotisme, Victorine Grataloup et Diane Turquety exaltent la force des histoires, multiplient les pistes, veillent à maintenir l'espace de la fiction résolument ouvert. Outre sa valeur littéraire per se, l'intitulé de l'exposition acquiert une valeur programmatique qu'assument les deux curatrices : le territoire d'où nous parlons est inconnu, absolument inconnu. Nulle abscisse, nulle ordonnée ne peut lui être attribuée. Il est une zone d'imagination géopolitique radicale où le rêve, l'insurrection, le chamanisme et l'inconscient collectif se rencontrent.


Lire la suite
Jocelyn Cottencin / Echauffement général

A l'heure où le réchauffement climatique est devenu une certitude inquiétante et où le contexte social est profondément mouvementé, l'intitulée du projet curatorial accueilli par La chambre d'échos interpelle à plus d'un titre. Cette multiplicité de résonances a été cultivée volontairement par Jocelyn Cottencin qui avoue néanmoins être un peu rattrapé par l'actualité. Echauffement général est une exposition à activer performativement, une invitation aussi directe qu'enchevêtrée à mettre en mouvement le corps et l'imaginaire du visiteur, à penser en acte ce que c'est que faire groupe aujourd'hui.


Lire la suite
Je reste là, Jérôme Souillot à La Chambre d'écho ICI - CCN Montpellier

La Chambre d'écho résonne de voix parfois un brin crâneuses, parfois mal assurées, toutes empreintes de cette curiosité suscitée au contact des œuvres de Jérôme Souillot. Placées en contre-bas du groupe de lycéens assis en tailleur qui les discutent ardemment, les petits formats acryliques sur papier dessinent une ronde, esquissent une clairière enchantée propice aux rêves éveillés, aux débrayages du régime réel et aux projections imaginaires.


Lire la suite
Résidence Le Fil Rouge : Entretien avec Anabelle Fouache

Le Fil Rouge, présidée par Lou Grenier, est une association de promotion des arts visuels qui inaugure cet été sa première résidence d’artiste à Pérols, en région Occitanie. Face à une offre très pauvre de résidences dans la région, Le Fil Rouge offre la possibilité à un(e) artiste de bénéficier d’un temps de travail privilégié tout en participant de près à la production et à l’émergence d’une ou de plusieurs œuvres. Cette année, c’est la plasticienne Anabelle Fouache que Le Fil Rouge accueille durant tout le mois d'août Le vernissage de son travail aura lieu sur le site de la résidence, à Pérols, le 1er septembre 2017. A l'approche de cet événement et pour mieux connaître son travail, nous avons souhaité laisser la parole à Anabelle Fouache dans un entretien mené par Lou Grenier.


Lire la suite
SoixanteDixSept : Quand Rossellini filmait Beaubourg

A l’occasion du 40ème anniversaire du Centre Pompidou, un vaste programme d’expositions essaime les centres d’art partout en France. La Ferme du Buisson, le Centre Photographique d’Ile-de-France et le Frac Ile-de-France, le Château / Parc Culturel de Rentilly s’associent pour un projet curatorial dont le nom évoque à la fois l’année de l’inauguration du Centre et le département où ces institutions sont implantées : 77. La circulation des œuvres sur le territoire, au plus près des publics, ainsi qu’une véritable réflexion sur la muséographie et plus largement encore, la place de la culture dans la société sont les lignes de force de ces trois expositions complémentaires.


Lire la suite
Fondation Kadist : Recouvrir, ensabler, copier, traduire, restituer

Du Mexique au Philippines en passant par Londres, Athènes ou encore la Syrie, les artistes réunis par Emilie Villez et Sophie Potelon à la Fondation Kadist s’intéressent aux multiples vies des artefacts, empruntent les outils des archéologues et des historiens, engagent des recherches qui déplient les différentes temporalités à l’œuvre au fil des parcours de ces objets témoins. Les écarts se montrent prodigieusement fertiles entre l’impassibilité des marbres et l’immédiateté du geste chorégraphique, entre l’urgence furtive des slogans inscrits à même les murs d’une capitale et la stabilité harmonieuse des cités utopiques imaginées à la Renaissance, entre le silence protecteur des sables du désert et la fulgurance de la furie destructrice d’un conflit armé. En creux se dessinent des métamorphoses physiques, des circulations sémantiques et juridiques, des rapports de forces – à la fois symboliques, matériels et géostratégiques – terriblement actuels.   

 

Lire la suite
Mel O’Callaghan : Dangerous on-the-way

La descente est vertigineuse. Ce travelling vertical nous entraine dans le secret des strates minérales. La poésie compacte des titres des projets plus anciens menés par l’artiste en Australie nous revient à l’esprit : Each Mineral Flake Of That Night Filled Mountain (2011), Each Atom Of That Stone In Itself Forms A World (2010). La fluidité du mouvement et l’abstraction de l’image nous font perdre pied. Il y va d’une plongée dans les profondeurs de la matière géologique mais aussi visuelle. L’amorce sensorielle de Dangerous on-the-way est redoutable : face à cette projection qui investit toute une paroi de l’espace sombre imaginée par Mel O’Callaghan au cœur de son exposition au Palais de Tokyo, le sol commence à se dérober, nous nous retrouvons comme en apesanteur.


Lire la suite
Tell me the story of all these things. Beginning wherever you wish, tell even us.

Le titre de l'exposition et les citations qui en tracent le parcours sont empruntées au roman autobiographique de Theresa Hak Kyung Cha, Dictée, qui évoque son expérience de l'exil à travers un dense réseau intertextuel et une expérimentation sur les rapports du texte à l'image. Les différentes œuvres présentées s'articulent autour de ces questions reprises dans le travail d'une autre artiste Coréenne, Sojung Jun, en résidence à la Villa Vassilieff. A travers des œuvres très diverses mais partageant l'interrogation sur l'identité culturelle et le dépassement des frontières autant culturelles que perceptives, l'exposition déploie une image et un discours de la multiplicité.


Lire la suite
Chantal Akerman / Maniac Shadows

La voix rauque au timbre si caractéristique de Chantal Akerman résonne dans les espaces du Centre d'art contemporain La Ferme du Buisson. Julie Pellegrin a souhaité axer cette exposition monographique autour de la présence de la cinéaste disparue récemment et brutalement. Le projet était en discussion depuis un petit moment déjà.


Lire la suite