Also Known as Jihadi d'Eric Baudelaire

Les plans sont ceux de lieux, d’un repérage qui serait non pas l’avant du film, mais le film en tant que tel. Il convoque ainsi encore une fois la méthode Adachi, celle d'A.K.A. Serial Killer. Les plans de lieux, sans figure principale, sont le fond d’un film, avec un tremblement continu du cadre, une imperfection flottante du non finito.


Lire la suite
Va, Toto! de Pierre Creton

Madeleine vit à la campagne entourée de poules, d’un vieux chien et de Toto ; sans doute a-t-elle au moins 75 ans, sa chevelure grise n’a jamais besoin d’un apprêt forcé. Il faut dire que Madeleine a décidé de faire d’un sanglier son compagnon, d’élever ce « Toto » au biberon, qu’il tète "comme un cochon"...


Lire la suite
Ouvrir l'image

Quelques films vus au festival Côté Court cette année proposent une expérience du cinéma comme image ouverte. Cette ouverture passe une corporétité de l'image comme mode d'incarnation et réfléchit sur l'origine en infléchissant le temps. Dans l'image ouverte, l'esprit se fait chair et la vision toucher : elle est la blessure ou la caresse du réel, l'altérité qui nous altère.


Lire la suite
Gil de Eva Giolo

« Vous aurez beau rapprocher à l’infini deux instants ou deux positions, le mouvement se fera toujours dans l’intervalle entre les deux, donc derrière votre dos » (Gilles Deleuze, Cinéma 1. L’image-mouvement).

Un nom. Des yeux.

Tout commence ici, dans cet intervalle incompressible qui s’annonce par le texte dès les premiers instants. La distance est écrite et le mouvement de fouille s’attrape dans son processus, commence et fini hors-champ. C’est une vague intime qui roule jusqu’à nous, mais s’en ira. Et seule l’écume en restera, assez pour en faire des mots.


Lire la suite
La carte du visible (le corps en mouvement)

Inspiré des œuvres de Peter Campus, Dor (1957) et Anamnesis (1973)


Lire la suite
Meurtrière de Philippe Grandrieux

Les corps d’Unrest sont intranquilles et morcelés : sculptés dans l’expérience au moyen de résidences, saisis comme des captations sous forme de performances filmées, rendus muséaux par le dispositif de l’installation et, enfin, pour le dernier mouvement, tendus vers la fiction au moyen de la voix humaine. 


Lire la suite
SoixanteDixSept : Quand Rossellini filmait Beaubourg

A l’occasion du 40ème anniversaire du Centre Pompidou, un vaste programme d’expositions essaime les centres d’art partout en France. La Ferme du Buisson, le Centre Photographique d’Ile-de-France et le Frac Ile-de-France, le Château / Parc Culturel de Rentilly s’associent pour un projet curatorial dont le nom évoque à la fois l’année de l’inauguration du Centre et le département où ces institutions sont implantées : 77. La circulation des œuvres sur le territoire, au plus près des publics, ainsi qu’une véritable réflexion sur la muséographie et plus largement encore, la place de la culture dans la société sont les lignes de force de ces trois expositions complémentaires.


Lire la suite
Do Disturb 2017

Le souffle, la respiration, la voix, les chuchotements, les harmonies, les borborygmes, les nappes d’énergie qui s’accumulent, résonnent dans les architectures brutes du Palais de Tokyo, circulent et montent en tourbillons, les polyphonies et les interférences plus ou moins anticipées donnent la note si particulière, diffuse, s’imprégnant par capillarité, irrésistible, sensuelle et terriblement politique, enchantée, insidieuse et vitale de cette nouvelle édition DO DISTURB, dont Vittoria Matarrese assure le commissariat général.


Lire la suite
Antonija Livingstone & Nadia Lauro : Etudes hérétiques

Bleu. Bleu à la fois intense, léger et lumineux. Bleu qui dissout les frontières entre le plateau et les gradins, bleu qui invite à le gouter, une fois ôtées les chaussures, à travers ses appuis, comme une sensation physique irriguant le corps jusqu’au lâcher prise. Bleu où plonger et se fondre pour mieux accueillir les propositions subtiles d’Antonija Livingstone et Nadia Lauro.


Lire la suite
Yaïr Barelli: Sur l’interprétation – titre de l’instant

« Une personne sure d’elle, un volcan, une vague, l’amour, la joie, un charme irrésistible,  quelqu’un qui a payé sa place »  … l’entrée de chaque spectateur est accueillie par un présage, un constat, une supputation, placée sous le signe d’une « formule magique ». 


Lire la suite