Le Fil Rouge : R├ęsidence artistique
Recherche
du 01/08/2017 au 31/08/2017

Pour la première édition de sa résidence estivale d'artiste, L’association Le Fil Rouge accueille Anabelle Fouache, jeune plasticienne. Vernissage en septembre pour découvrir le travail developpé par Annabelle Fouache au cours de son temps de résidence à Pérols, proche de la ville de Montpellier. 

Le rôle des résidences est crucial pour le maintien de l’écosystème de l’art, car ces temps privilégiés permettent de faciliter le processus créatif, apportent une réelle visibilité à un projet, participent à la promotion des arts visuels et mettent en lumière un territoire. Face à une offre de résidence quasiment désertique en Languedoc Roussillon, notamment concernant les arts plastiques, Le Fil Rouge offre une alternative. Suivant sa volonté de soutenir la création artistique, l’association propose un mois de résidence, pendant lequel l’artiste lauréat aura à sa disposition un cadre de travail et un accompagnement artistique. Le Fil Rouge souhaite ainsi participer à l’avancée de la production d’une oeuvre, faire rayonner ce travail auprès du public et nouer des relations pérennes avec les plasticiens.

❝ Les photos que je prends ne me suffisent jamais. Il faut toujours que j'y revienne, que j'intervienne dessus. Je travaille sur l'image, et sur le travail dans le travail. Gratter, ronger, racler, poncer, ciseler, coller. Associer du dessin à mes photos. Inclure du texte. Déposer des bactéries. Coudre. Retrancher l'image dans ses retranchements. Puis, radicaliser le processus et se passer d'appareil photo en se rapprochant des « Chimigrammes » par l'écriture des réactions chimiques tout autant que celle de la lumière. Apporter de la matière en somme. Rajouter de l'organique au désincarné, à l'impermanence, et voir ce qu'il se cache sous la surface. J'aime entretenir une liberté d'action sur l'image incarnée, tangible, que je peux tordre contrairement à toutes celles placardées dans les espaces publics qui empêche la réflexion en s'insinuant dans les brèches apathiques de notre inconscient collectif. ❞

Annabelle Fouache



Plus d'informations